Présentation

L’Institut, une association

L’Institut CGT d’histoire sociale (IHS CGT) est une association créée en 1982 avec le soutien de la Confédération générale du travail (Site web).

L’IHS CGT mobilise ses atouts et ses compétences pour donner à connaître le plus largement possible l’histoire sociale et singulièrement la longue expérience de la CGT.

Son action est diversifiée

En premier lieu l’IHS CGT se consacre à la sauvegarde, au classement et à la valorisation des archives de la Confédération. Cela le conduit à ouvrir les archives à l’étude et à la recherche ainsi qu’à organiser des conférences, séminaires et colloques seul ou en coopération avec des universitaires et des chercheurs.

Ces initiatives donnent souvent lieu à publications qui renforcent le pôle éditorial de l’Institut qui est aussi producteur de brochures et d’ouvrages traitant d’aspects particuliers de l’histoire sociale. L’IHS CGT publie également sa propre revue, Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, diffusée par abonnement.

D’une manière générale l’IHS CGT recherche les formes les plus appropriées pour toucher un public large afin de mettre à sa disposition les éléments d’histoire et les documents d’archives (documents papiers et aussi photographies, films) lui permettant de s’approprier les expériences sociales et politiques du passé.

Georges Séguy, fondateur

C’est Georges Séguy, secrétaire général de la CGT de 1967 à 1982, qui est à l’origine de la création de l’IHS CGT. Il en fut le président de 1982 à 2002, puis le président d’honneur jusqu’à son décès. A la tête de l’association il a œuvré pour un travail rigoureux sur l’histoire de la CGT, refusant une histoire officielle ou instrumentalisée. Soucieux de recherches plurielles il a ouvert les portes aux étudiants et aux scientifiques : historiens, politologues, économistes, sociologues, juristes… Il a veillé à la conservation des archives de la Confédération en signant, dès 1993, une convention de dépôt avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Aimant à dire que : « contrairement aux paroles de la chanson, du passé, il ne faut pas faire table rase », il n’a eu de cesse de montrer combien l’expérience de la CGT, avec ses ombres et ses lumières, est riche pour le présent. Il a également ouvert la voie à un réseau d’instituts d’histoire sociale territorial et professionnel.
Georges Séguy est décédé le samedi 13 août 2016 à l’âge de 89 ans.

 

Georges Séguy, sur le stand de l’IHS CGT, lors du 50e Congrès confédéral (Toulouse, 2013)
error: Ce contenu est protégé.